Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager par e-mail

Slte officiel - Ref: 10601 - 208 - Tous droits réservés

Retrouvez nous sur


Retrouvez-nous sur





Retrouvez-nous sur





Retrouvez-nous sur





Retrouvez-nous sur




Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager par e-mail
Accueil Grand Est Europe Monde Médias Transferts

Une volonté d'homogénéisation pour l'arbitrage français

En plus des nouvelles règles instaurées par l'International Board le 1er juin dernier, la LFP a décidé de prendre les devants pour éviter de nouveaux scandales.

Elle a convoqué les arbitres de Ligue 1 et Ligue 2 pour essayer d'harmoniser les décisions à prendre. Voici les principaux changements qui vont avoir lieu cette saison.

Alors que la Ligue 2 reprend ce vendredi, et la Ligue 1 le week-end du 10 août, la Ligue de football professionnel a décidé de réunir le arbitres afin de faire un point sur les changements à venir cette saison.

Le mot d'ordre qui a été répété, c'est homogénéité, notamment dans l'utilisation de l'arbitrage vidéo.

Les hommes en noir (et Stéphanie Frappart) sont d'ailleurs récemment passés dans les clubs pour présenter les nouveaux points clés, et les règles mis en place par l'International Board (Ifab), le 1er juin dernier.

Parmi les grands chantiers évoqués, celui de la position du gardien lors d'un penalty.

Le portier n'a, en théorie, pas le droit de s'avancer de sa ligne lors du tir du joueur adverse, un point qui n'était pas toujours appliqué par les arbitres, ce qui a laissé place à des abus de la part des derniers remparts.

"On estime que ça reste un point de règlement où on doit être binaire pour éviter que les 15 ou 20 cm deviennent 40 cm et que le contexte entre en ligne de compte.

On va partir sur quelque chose de très rigoureux", explique Laurent Duhamel, ancien arbitre international et membre de la direction technique de l'arbitrage, dans les colonnes du Parisien.

 Un gardien qui persiste à s'avancer pourra recevoir un carton jaune, sauf pour les tirs au but dans les compétitions nationales.

En revanche, les arbitres seront beaucoup plus conciliants envers les joueurs qui pénètrent dans la surface au moment du tir. "En ce qui concerne des joueurs entrés dans la surface de réparation, ça reste du ressort de l'arbitre central. L'assistant vidéo devra intervenir si le joueur dans une position non légitime venait à intervenir dans le jeu", ajoute Laurent Duhamel.

Enfin, pour le côté anecdotique, les gardiens qui ont l'habitude de faire taper les poteaux ou la barre avant un penalty devront arrêter, l'arbitre ayant l'obligation d'attendre que les montants ne tremblent plus.

Les mains, l'éternel problème

Autre chantier de la Ligue, les mains. Avec l'apparition de la VAR, les arbitres ont pris la fâcheuse habitude de tout siffler, sans prendre en compte la notion volontaire/involontaire ou la distance ballon - bras.

Pour les situations offensives, les joueurs seront automatiquement sanctionnés en cas de contact main/bras - ballon. "Un joueur ne pourra plus se créer une occasion de but manifeste s'il y a eu un contact main/bras – ballon.

C'est très clair pour la partie offensive.

Ça va régler pas mal de nos soucis", a expliqué Laurent Duhamel, dans les colonnes du quotidien.


Autre précision, pour les dégagements ratés qui tapent la main, aucune faute ne sera sifflée désormais, tout comme les mains au sol quand le joueur est en phase de chute (sauf si le joueur agrandit volontairement sa surface corporelle).

La notion de volontariat a été affinée par l'Ifab pour ce qui concerne les mains de défenseurs dans la surface.

Pour faire simple, seront sanctionnées les mains, même involontaires, si elles agrandissent de manière non-naturelle la surface corporelle, et si elles sont situées au dessus des épaules.

Si en théorie tout cela paraît plus simple, l'application risque de ne pas être si aisée.

Enfin, aucun joueur ne pourra venir à moins d'un mètre du mur lors d'un coup franc pour son équipe, afin d'éviter les tensions que cela engendrait.

Justin Teste


Le 26 juillet 2019