Accueil Sébastien SAS Epinal US Raon l'Etape Médias Photos
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager par e-mail

Slte officiel - Ref: 10601 - 208 - Tous droits réservés


Slte officiel - Ref: 10601 - 208 - Tous droits réservés



Slte officiel - Ref: 10601 - 208 - Tous droits réservés


Retrouvez nous sur

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager par e-mail

Équipe de France : L'Australie voudra "limiter les dégâts" face aux Bleus     12/06/  2018

Oubliez le désagréable souvenir des vuvuzelas qui vrombissaient dans les stades de l’Afrique du Sud lors de la Coupe du monde 2010. Cette année en Russie, « l’instrument » typique sera… des cuillères en bois. Aussi insupportable à entendre, mais bien moins bruyant. Et les supporters étrangers, déjà présents en Russie, les ont déjà adoptées. Retour également sur les premiers concerts dans les fanzones russes de ce Mondial et sur les dispositions de sécurité adoptées dans différentes villes hôtes qui accueilleront des matchs, parfois au détriment des riverains… Suivez la Coupe du monde 2018 en direct sur RMC, radio officielle du Mondial, et toute l’actualité sur RMC SPORT. Chaque jour, retrouvez l’actualité vidéo sur RMC Sport, sur le site internet et les applications. Les réactions, les extraits d’antenne, les meilleures déclas, les analyses de nos consultants, le meilleur des confs et des réactions d’après-match... La DREAM TEAM de RMC est à votre portée.

RMC Sport








Mbappé, Kongolo, Fabinho, bientôt Lemar... Monaco va faire tomber la barre des 300 millions d'euros La vente à venir de

Thomas Lemar à l'Atlético de Madrid pour un montant évalué à 60 millions d'euros, selon les informations de RMC Sport, rappelle que Monaco est réputé pour très bien vendre ses joueurs, en particulier ses jeunes à fort potentiel.

Sa réputation n’est plus à faire. Monaco est passé maître dans l'art de transformer de jeunes joueurs en lingots d'or et est encore en train de le prouver avec la vente à venir de Thomas Lemar. Ce mardi, l’ASM a annoncé avoir trouvé un accord de principe avec l’Atlético de Madrid pour le transfert de l’international français de 22 ans. Il reste les derniers détails contractuels à régler.

Selon les informations de RMC Sport, le montant de l’opération va atteindre les 60 millions d’euros, hors bonus. Un joli chèque pour un joueur recruté il y a trois ans à Caen pour seulement 4 millions d’euros. Autrement dit, le club de la Principauté, dauphin du PSG cette saison, va réaliser une plus-value de 56 millions d’euros avec Lemar.    13/06/ 2018

Le PSG met l’UEFA dans l’embarras     13/ 06/  2018

Les experts de l’instance de contrôle de l’UEFA ont bien du mal à s’entendre sur le cas du PSG, toujours dans l’attente de la décision concernant le Fair-play financier.

Les jours passent et le PSG n’est toujours pas fixé sur son sort. De même que tous les clubs dans le viseur de l’UEFA au sujet du Fair-play financier. Incapables de se mettre d’accord sur le cas du club de la capitale, les experts de l’Instance de contrôle financier des clubs (ICFC) de l’UEFA n’ont toujours pas rendu leurs décisions, bloquant toute la communication de l’instance européenne sur le Fair-play financier. L’Olympique de Marseille, également visé, de même que l’AS Rome, le FC Porto, Besiktas, l’Inter Milan, Fenerbahçe, le Zénith Saint-Petersbourg ou le Lokomotiv Moscou, en sont ainsi quittes à devoir également attendre, quand bien même leur cas est réglé.

Si le dossier parisien pose problème, c’est parce que les comptes présentés par les champions de France sont à l’équilibre, l’UEFA s’interrogeant en revanche sur la valeur de certains contrats passés avec des entreprises qatariennes. D’après l’audit fourmi par Octagon, un cabinet indépendant, ces contrats seraient surévalués. Ce serait notamment le cas du contrat liant le PSG et le Qatar Tourism Authority, déjà décoté il y a quatre ans par l’UEFA et qui vaudrait non pas 100 millions d’euros comme estimé en 2014 mais seulement 40 millions.

13/ 06/ 2018  -   France-Australie : les Bleus avec Tolisso et Dembélé, Giroud sacrifié ?

Baptiste Desprez

Le premier entraînement à huis-clos effectué par les Bleus mercredi a livré des indications sur le onze de départ attendu à Kazan samedi.

Avec Guillaume Loisy, envoyés spéciaux à Istra

A trois jours de ses débuts en Coupe du monde contre l’Australie, samedi à Kazan (12h00), l’équipe de France a pris part à son premier entraînement à huis-clos, mercredi midi au Stade de Glebovets. Et la mise en place effectuée par Didier Deschamps sous le soleil russe laisse croire qu'il devrait y avoir quelques surprises dans le onze de départ.

Ainsi, Lucas Hernandez et Benjamin Pavard portaient la chasuble orange des titulaires et devraient donc être préférés dans les couloirs à Benjamin Mendy et Djibril Sidibé. Ce n’est pas une énorme surprise, le Mancunien étant encore à court de rythme après plus de six mois sans jouer pour soigner son genou droit tandis que le Monégasque est en délicatesse avec son genou gauche depuis mi-avril. Brillants lors des matches de préparation contre l’Italie et face aux Etats-Unis, Hernandez et Pavard ont démontré qu’ils avaient le profil de titulaires.

Tolisso arrive, Matuidi sur le banc ?

  Accueil   1    2    3

13/ 06/ 2018         Mondial 2018: quelles sont les chances des Français?

A 24h du coup d'envoi de la Coupe du monde en Russie, l'équipe de France se place comme un outsider crédible dans la course à la victoire. Plusieurs pronostics penchent même en faveur des Bleus.

Vingt ans après le sacre de 1998 en France, Didier Deschamps et ses joueurs pourraient à nouveau créer l'exploit. Leur parcours en Coupe du monde commencera samedi avec un match face à l'Australie à midi. Il faudra ensuite terrasser plusieurs ogres du football mondial, avec une possible rencontre contre l'Argentine dès les huitièmes de finale. Mais après trois matchs de préparation remplis de promesses et d'incertitudes, l'équipe de France semble tout aussi capable de déplacer des montagnes que de foncer droit dans le mur.

Ce sentiment colle avec son statut d'outsider donné par les bookmakers. Sur les sites de paris sportifs, les Bleus sont devancés par deux autres favoris. L'Allemagne et le Brésil affichent respectivement des cotes qui varient entre 5,00 et 5,50 selon les sites, quand la France se retrouve au niveau de l'Espagne avec des cotes oscillant entre 7.00 et 8.00.

À la fin, c'est l'Allemagne qui gagne

Aux yeux du public également, la France ne semble pas en position de remporter le Mondial 2018 en Russie. D'après un sondage Ipsos publié mercredi, l'Allemagne est la grande favorite la compétition pour plus de deux personnes sur dix à travers le monde. La Mannschaft devance le Brésil et l'Espagne, tandis que la France, elle, n'arrive que cinquième avec 4% d'avis favorables. Parieurs et supporters ne semblent pas près de faire mentir le célèbre adage du footballeur anglais Gary Lineker: "Le football est un sport simple: 22 joueurs courent après un ballon pendant 90 minutes, et à la fin, ce sont les Allemands qui gagnent".

Faut-il pour autant déjà arrêter d'y croire? Pas forcément lorsqu'on regarde du côté de l'observatoire du football du CIES. L'institut suisse, mondialement reconnu pour ses travaux sur le football, a sorti au début du mois de juin ses pronostics. En s'appuyant sur un indice combinant les minutes passées en championnat par les 23 joueurs les plus utilisés lors des qualifications et un coefficient moyen des clubs les employant, les membres du CIES placent la France dans le trio de tête des favoris, juste derrière l'Espagne et le Brésil, mais devant l'Allemagne.

14/06/ 2018        Noël Le Graët : « Aujourd'hui, la France n'est pas la meilleure équipe du monde »

Ça y est, la Coupe du monde va démarrer.    AD, à Istra

Et les Bleus n'auront même pas la chance de regarder le match d'ouverture, vu qu'ils seront dans l'avion qui les mènera vers Kazan où ils disputeront leur premier match face à l'Australie samedi. Et pour faire un dernier bilan avant le lancement des hostilités, c'est le président de la FFF himself qui s'est déplacé jusqu'à Istra pour se prêter au jeu des questions-réponses.

Concernant les objectifs de l'équipe de France, Mister president a été clair : « L'équipe est en progrès. Je ne pense pas que c'est la meilleure équipe du monde aujourd'hui, mais elle est en progrès. Elle est jeune. L'objectif pour nous, c'est le dernier carré pour le moment. Si on va dans ce dernier carré, l'analyse sera positive. »

NLG a également rappelé qu'il venait de passer toute une journée avec les présidents des autres fédérations à Moscou pour le congrès de la FIFA, et que pas mal d'équipes avaient les dents longues : « Tout le monde est ambitieux, même les petites équipes. » Pour autant, le boss de la FFF semble avoir une confiance aveugle en Didier Deschamps, à qui il a jeté ces quelques fleurs : « Les jeunes qui viennent de se révéler, notamment chez les latéraux, ce n'était pas prévisible il y a encore un an. Didier a l'oeil, c'est un bon observateur. »

Mais la plus belle déclaration a été pour Antoine Griezmann : « Vous savez, Griezmann est le chouchou de beaucoup de femmes. J'ai une de mes collaboratrices qui est très amoureuse de lui, je lui dit qu'elle n'est pas seule sur le coup, et elle ne me croit pas. »

De toute manière, le blondinet est marié. Alors mesdames, passez votre chemin.

14/06/2018          Equipe de France: "Un surdoué"… Le Graët défend (lui aussi) Pogba

La rédaction avec LA et Mbo

Cibles de certaines critiques lors des matchs de qualification, le milieu de terrain de l’équipe de France Paul Pogba peut compter sur le soutien du président de la FFF. A deux jours du premier match de Coupe du monde face à l’Australie (12h), Noël Le Graët s’est montré dithyrambique au sujet du joueur de Manchester United.

A quoi ressemblera la Coupe du monde de Paul Pogba ? En attendant de juger ses prestations sur les pelouses de Russie, le milieu de terrain de l'équipe de France alimente les débats. Et ne fait pas l'unanimité après des matchs de préparation durant lesquels il a alterné le bon et le moins bon. Défendu par ses équipiers et Didier Deschamps, "la Pioche" a également reçu le soutien du président de la FFF, Noël Le Graët, jeudi, à deux jours de l'entrée en lice des Bleus face à l'Australie.

"On est souvent sévère avec lui"

"Pour moi, c’est un énorme joueur, a déclaré le boss de la "3F". Il peut rater des matchs, comme tous les grands joueurs. Mais on est souvent sévère avec lui. Ce n’est que mon avis. On voudrait que ce soit le meilleur 6, le meilleur 8, le meilleur 10 et pourquoi pas le meilleur 9. Il y a tellement de possibilités qu’on est exigent avec un tel garçon. Contre les Etats-Unis, il peut marquer dès la 2e minute. Idem à la 5e minute. Mais il défend bien, il donne de bons ballons. Il faut lui prendre ! C’est un surdoué qui a des qualités, quelques petits défauts à corriger. Pour moi, c’est un immense joueur dont la France devrait être très fière."

"J’espère qu’il va nous impressionner pendant la Coupe du monde"

Et NLG de louer aussi la personnalité parfois fantasque du Mancunien. "J’adore ce garçon. D’abord comme homme avec son côté un peu "décontract". C’est indispensable d’avoir des types comme ça à condition qu’ils soient bons. Si c’est uniquement pour avoir une coupe de cheveux différente des autres, ça ne vaut pas le coup. Mais comme joueur, il est impressionnant et j’espère qu’il va nous impressionner pendant la Coupe du monde."

Fair-Play financier : l'UEFA ne sanctionnera pas le PSG

Nasser nous avait bien dit de prendre un café.

D'après les informations de L'Equipe, l'UEFA a décidé de ne pas sanctionner le PSG dans le cadre du Fair-Play Financier (FPF). Après de longues tractations, l'instance aurait annoncé que le club parisien n'aurait enfreint aucune règles, notamment celle obligeant les clubs à« ne pas franchir la barre de 30 millions d'euros de déficit sur les trois dernières saisons ». Néanmoins, les contrats de sponsoring qataris (QTA, Bein Sport, Aspetar) ont été minutieusement étudiés et ont été décotés. Une baisse qui ne permet pas au PSG d'être à l'équilibre, mais qui laisse les Parisiens dans les clous du FPF.

Mais le PSG ne s'en sort pas si facilement. En effet, les champions de France devront tout de même trouver 60 millions d'euros avant le 30 juin prochain pour ne pas se retrouver à nouveau dans le viseur de l'instance de contrôle financier des clubs.

Il faudra donc rapidement trouver un point de chute à Javier Pastore et Grzegorz Krychowiak.

15/06 2018          Deschamps: ''J'ai filmé Griezmann'

J-S Grond

A la veille de France-Australie à Kazan, Didier Deschamps est revenu sur l’annonce d’Antoine Griezmann de rester à l’Atlético. Le sélectionneur n’était pas au courant de la mise en scène.

Tout ça pour ça. Annoncé avec insistance au FC Barcelone la saison prochaine, Antoine Griezmann avait été sommé par Didier Deschamps d’éclaircir sa situation personnelle avant la Coupe du monde 2018 en Russie. Il s’est présenté en conférence de presse mercredi, à Istra, mais n’a rien dit. C’est finalement dans un documentaire sur Movistar, diffusé vendredi soir, qu’il a annoncé qu’il restait à l’Atlético de Madrid cet été… Un procédé qui a fait la polémique auprès des observateurs.

"La Dèche" n’a pas voulu commenter cette manière de faire. "Sur la forme, je ne sais pas, vous donnez beaucoup plus d’importance à la forme. Je m’occupe du fond. C’est une très bonne chose pour nous qu’il ait annoncé sa décision, pour avoir l’esprit libre", a répondu le sélectionneur, vendredi à Kazan, à la veille de la première rencontre contre l’Australie. Avant de préciser qu’il n’avait pas été mis au courant par son attaquant: "Je ne m’occupe pas de ça". Et d’ajouter une touche d’humour: "C’est moi qui ai filmé".

Si le petit manège commandé par "Grizi" a fait grincer des dents, le groupe tricolore n’a visiblement pas été touché plus que ça. "On est tellement focalisé sur le match de demain, lâche le capitaine Hugo Lloris. Ces derniers jours, on commence à ressentir la pression de l’évènement, on a hâte que la compétition commence. On l’a vécu comme vous, avec du second degré, on en a rigolé et le plus important, c’est qu’il se sente bien". Et qu’il se consacre désormais à 100% à ses performances au Mondial…

17 /06/ 2018   France-Australie: stress, Pogba leader, Umtiti touché… les coulisses de la victoire des Bleus

Mohamed Bouhafsi et Saber Desfarges I

Le point sur les BleusMondial-2018: le Danemark douche le Pérou et rejoint la France

Poussive pour son premier match de la Coupe du monde face à l'Australie (2-1) samedi, l'équipe de France a assuré l'essentiel. Tension avant la rencontre, Pogba dans un rôle de leader... RMC Sport vous plonge dans les coulisses des Bleus.

Un trop-plein de stress qui a inhibé la tête et les pieds des Bleus. Parmi les sept joueurs français titulaires ce samedi qui disputaient leur premier match de Coupe du monde contre l'Australie (2-1), certaines jambes flageolaient. Le ballon dans les pieds brûlait. "De l’extérieur, ça paraît facile, mais disputer une première Coupe du monde avec l’attente que ça représente… C’est normal de réagir ainsi", a confié un membre du vestiaire de l’équipe de France.

La tension était palpable chez certains Bleus lorsqu’ils ont quitté le vestiaire français avant de rejoindre la pelouse de Kazan. Dépassés par l’enjeu et la pression d’un match de Coupe du monde... la volonté des joueurs de se réunir en cercle après le but de Griezmann en première période n’était pas dû au hasard. "On se lâche, on y est!", lâche Paul Pogba.

Les Bleus au secours d'Umtiti

À la mi-temps, malgré ce score nul, Didier Deschamps n’a pas piqué de colère. Au contraire, le sélectionneur s’est montré rassurant, même si le ton du coach est resté très ferme: "Détendez-vous, relâchez-vous les mecs". "Vous êtes tous à votre place", leur a-t-il aussi glissé.

Paul Pogba a de nouveau pris la parole pour motiver ses coéquipiers. Dans un rôle de leader, qu’il endosse de plus en plus. Lui, qui dispute sa deuxième Coupe du monde, connaît le rythme et l’intensité qu’impose un Mondial. "On est soulagé"; c’est la phrase qui revient dans toutes les bouches des joueurs de l’équipe de France.

Samuel Umtiti peinait, lui, à digérer sa main après la rencontre. Il a vite reçu le soutien de ses coéquipiers: sur le terrain, notamment de la part des remplaçants qui étaient derrière le but, et dans le vestiaire. Blaise Matuidi, et surtout Adil Rami, remplaçant modèle, qui a crié à l’ancien Lyonnais: "C’est rien Sam, il ne s’est rien passé, reste dans ton match" et qui a conseillé parfois à Pavard de se calmer avec le ballon.

Les Bleus savent qu'ils auraient dû faire mieux

Pas d’effusions, peu de sourires, les Bleus sont conscients de ne pas avoir réalisé un grand match contre l’Australie (2-1). Dans le vestiaire, Antoine Griezmann ne sourit pas. Il est agacé. Sérieux et très professionnel, il répond à toutes les obligations médiatiques. Sincère, il lâchera même en zone d’interview: "Je suis énervé contre moi, j’aurais dû faire un meilleur match." Paul Pogba enchaîne, en leader dans le vestiaire: "On aurait dû faire mieux. On doit élever notre niveau de jeu."

À la fin du match, Didier Deschamps a expliqué que cette rencontre était une étape importante à passer, notamment pour les plus jeunes, et félicite les joueurs, rappelant qu’il n’était jamais facile de gagner le premier match d’une Coupe du monde. Pourtant, la performance n’a pas vraiment satisfait le sélectionneur. Deschamps a ajouté en substance que les Bleus doivent et peuvent faire mieux et qu’ils n’avaient pas joué à la hauteur de leur capacités.

"Mission accomplie"

Un discours bien reçu par les joueurs et en adéquation avec leur ressenti. Beaucoup étaient frustrés par leur prestation. Une frustration liée aussi à la pression de ce match. Un membre de l’équipe confiait à RMC Sport dans la soirée: "Les jeunes ont compris ce que c’était un match de Coupe du monde. C’est pas la Ligue des champions, la Coupe du monde, c’est plus fort."

Des jeunes joueurs comme Ousmane Dembélé ou Corentin Tolisso, qui ont semblé avoir les jambes lourdes. Rentrés dans la soirée, le mot d’ordre est simple: "Mission Accomplie". Place aux soins et à la récupération maintenant.

Actualité sportive